Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Nouvelles du front > Flash Infos > Infos du 25 au 7 aout

Infos du 25 au 7 aout

lundi 10 juillet 2017

Merci de nous signaler toute information sur d’éventuelles présences de flics ou d’engins de travaux autour de la ZAD au numéro d’urgence : 06 43 92 07 01 (pour contact presse uniquement : 06 95 06 81 49). Nous faisons appel à votre vigilance.

C’est l’été : si vous avez prévu d’en profiter pour passer par ici, voilà quelques infos utiles à consulter :
- il y a ici des infos pratiques utiles à regarder avant de partir
- il y a un espace où trouver des cartes, des infos sur la lutte, des infos pratiques, etc à la Rolandière et où poser des questions ( y a généralement quelqu’un.e l’après-midi)
- Très peu de lieux d’accueil ont les capacités d’accueillir des chiens, merci d’avoir ça en tête avant de venir.

Les infos d’urgence qui tournent sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours confirmées. Restons vigilants, mais évitons de crier au loup ! Ca nous permettra de réagir rapidement. Avant de faire tourner une info, merci de contacter par mail ou téléphone la ZAD et/ou l’ACIPA pour vérification. Si nous estimons que la menace est immminente et réelle, nous le ferons savoir par un message commun sur les diverses listes, sur le site de la ZAD et sur celui de l’ACIPA. En attendant, nous invitons chacun à prendre avec recul les messages et rumeurs circulent par ailleurs et par d’autres biais.

Pour vous inscrire/désinscrire à notre mail liste pour les nouvelles, communiqués, alertes, etc. Le flash infos est maintenant disponible en flux RSS.

  • vendredi 4 août

    ZAD

    Le mois d’aout commence sur la zone, avec un effet immédiat sur le rythme de publication des nouvelles. Mais tout n’est pas au ralenti par ici, et depuis le début de la semaine, lechantier Ambazada a commencé et va durer tout le mois, un chantier se prépare pour ce we à la Grande Noé - maison rasée le 28 Juillet par les aménageurs juste sous le tracé du barreau routier - , et il y a beaucoup de discussions en perspective. Sans compter tous les chantiers habituels, les rendez vous réguliers, et les soirées diverses : tout ou presque est dans l’agenda. Bon mois d’août !

  • mercredi 26 juillet

    Radio Klaxon

    Reprendre la parole, reprendre les ondes. Petit retour sur les radios de lutte, de Bure à Longo Mai, en passant évidemment par notre radio préférée, Radio Klaxon (que vous pouvez écouter en streaming ou plus simplement sur la page d’accueil de ce même site !)

  • samedi 22 juillet

    luttes sociales

    Quant à la france, aujourd’hui macron saupoudre une jolie poussière environnementale-durable-bobo-bio d’un côté (ici et ), tout en réduisant les aides sociales au logement de 5e pour tout le monde et en inscrivant l’état d’urgence dans le droit commun de l’autre…

    Et pendant ce temps-là, on ne demande toujours rien à l’aviation !

  • Mexique

    Aujourd’hui, on commence avec un message du Mexique :

    Nouvelles informations de la situation du compagnon anarchiste Fernando Bárcenas

    Depuis la prison nord, 20 juillet 2017, Ville de Mexico Lettre de Fernando Bárcenas

    Dans une lettre datée du 16 juillet, le compagnon Fernando Bárcenas a rendu publique la situation dans laquelle il se trouve. Une situation de conflits permanents et d’agressions, la dernière en date étant celle qui a eu lieu le 13 juillet lors d’une provocation de la part d’un détenu. Ce qui a entraîné son placement en régime « portes fermée » (enfermement total jour et nuit dans la cellule) dans le quartier disciplinaire, quartier où il a été transféré depuis déjà 9 mois.

    Lettre de Fernando, 20 juillet 2017 :

    Après avoir été enfermé dans une cellule de la zone 7 C.O.C (Centre d’observation et de Classification), je me suis rendu, ce mercredi 19 juillet 2017, à l’audience du Conseil technique interdisciplinaire, qui a décidé que je ne pouvais pas rejoindre la zone de population générale en raison du conflit qui a eu lieu la semaine dernière, j’ai alors été conduit dans le quartier du Module de Sécurité Maximale (M.M.S.), actuellement je me trouve isolé dans la zone du Panal* par mesure de sécurité.

    Dans le même temps, mes affaires ont été contrôlées lors de l’accès au M.M.S. les matons, en fouillant mes affaires, ont trouvé les feuilles avec mes écrits et des lettres personnelles où se trouvait l’esquisse générale du journal « El Canero », qu’ils m’ont confisqué et à partir de là ils ont adopté une attitude violente, en violant mes correspondances personnelles pour conclure par une menace à mon encontre : « Tu peux te faire tuer pour ce que tu dis » et « t’arrête avec ton journal » , en me faisant savoir que pour écrire et exprimer mes idées je portais atteinte à la sécurité de l’institution, et que c’était pour cette raison que je devais rester à l’isolement.

    Il faut souligner qu’en raison du conflit précédent, je ne peux pas partager de cellule, puisqu’il s’agit soit disant de protéger mon intégrité et ma vie. Malgré cela, après mon transfert au Panal, ils m’ont placé dans une cellule avec 8 personnes qui me sont inconnues et qui ne m’inspirent aucune confiance.

    Pour tous ces motifs, je rends responsable le Conseil Technique de ce qui peut m’arriver, puisqu’il s’agit encore une fois d’un prétexte supplémentaire pour continuer à me maintenir dans des conditions d’enfermement et de châtiment.

    – Fernando Bárcenas –

    Mise à jour de la situation du compagnon Fernando Bárcenas Croix Noire Anarchiste de Mexico 19 juillet 2017

    Dans une lettre datée du 16 juillet, le compagnon Fernando Bárcenas a rendue publique la situation dans laquelle il se trouve. Une situation de conflits permanents et d’agressions, la dernière en date étant celle qui a eu lieu le 13 juillet lors d’une provocation de la part d’un détenu. Ce qui a entraîné son placement en régime « portes fermée » (enfermement total jour et nuit dans la cellule) dans le quartier disciplinaire, quartier où il a été transféré depuis déjà 9 mois.

    Fernando a demandé à retourner dans le quartier d’enfermement où il se trouvait auparavant et duquel on l’avait déplacé lors de sa dernière grève de la faim. À ce jour, il n’y a eu aucune réponse de la part de l’administration, et la situation de Fernando est toujours aussi conflictuelle puisque le détenu qui l’a agressé s’y trouve toujours, lui aussi.

    Il est fréquent que de tels affrontements se produisent entre détenus, encouragés par l’institution elle-même qui cherche à maintenir un climat hostile et de compétition entre les détenus. Ceux-ci se voient alors poussés à ce type de comportement pour éviter d’être aspirés par la dynamique carcérale, dans la mesure où, lorsqu’ils n’ont pas de visites extérieures qui leur apportent tout ce qui concerne l’alimentation, les vêtements, des couvertures en bon état, ils les volent à d’autres détenus.

    Malgré leurs actions de soi-disant réinsertion sociale, c’est ce qu’autorise et encourage l’administration pénitentiaire ; le fait que les détenus se détruisent entre-eux ne l’intéresse pas le moins du monde.

    Il y en a d’autres qui préfèrent se convertir en valets de l’institution, pour obtenir de sa part d’hypothétiques bénéfices et privilèges, sans même se rendre compte qu’ils deviennent alors leurs propres matons et ceux de leurs compagnons.

    Une mention particulière doit être faite pour les groupes de la mafia qui opèrent à l’intérieur de la prison et qui exercent un contrôle draconien pour éviter que rien ne vienne perturber la tranquillité à l’intérieur de la prison, car tous les scandales et protestations sont mauvais pour leur commerce.

    En réaction à cela, Fernando et d’autres compagnons ont entamé un processus de construction de communauté, de développement d’autres liens et relations qui consiste à voir dans l’autre détenu, plutôt qu’un obstacle et un élément de compétition, un compagnon avec lequel on peut partager son sort, ses besoins et qu’ensemble en coopérant, il est possible de trouver des solutions sans recourir à l’autorité.

    Nous appelons à rester vigilant-es à la situation de Fernando. Nous exigeons que le Pénitencier Nord transfère immédiatement Fernando au quartier de détention de régime dit « normal ».

    S’ils touchent à l’un d’entre nous, c’est nous tous qu’ils touchent !

    Liberté pour tous !

    Croix Noire Anarchiste de Mexico

  • jeudi 20 juillet

    Contre les grands projets

    Appel international pour une mobilisation à défendre la forêt de Hambach : depuis 5 ans le site est occupée pour lutter contre un projet dégueulasse d’extraction à ciel ouvert. Malgré la représsion les copin.e.s sur place résistent encore !

    À partir de Septembre ateliers dans la forêt qui donneront à tous les outils pour être actifs au sein et autours d’Hambi. Nous passerons au travers de toutes les habilités nécessaires à occuper un arbre et entreprendre d’autres actions.

    À partir d’Octobre occupation à grande échelle de la forêt, rendant impossible à RWE de continuer à couper l’espace restant.

    Si vous ne pouvez vous rendre à la forêt, aidez nous et vous-mêmes de là ou vous êtes. Aider nous à rependre cet appel, exprimez votre solidarité au mouvement de résistance à Rhineland, et n’hésitez pas à passer nous voire pour quelques jours pendant la saison de coupage entre Octobre et Février

    contacts : hambacherfor(est).blogsport.de facebook.com/hambacherforstbesetzung

    Rentrer en contact : hambacherforst@riseup.net

  • 19 juillet

    AntiRep

    Adama Traoré a été tué par des flics le jour de ses 24 ans il y a un an. Depuis, la « justice » fait son job : elle couvre l’affaire, à coup d’approximations, voire de mensonges, de la part des pouvoirs publics »..

    Solidarité avec la famille, les proches, et tout-es celleux qui luttent contre la criminalité et l’impunité policière. "Ce qui se passe dans les quartiers s’inscrit dans le prolongement de l’histoire de l’esclavage, puis de la colonisation. Le présent est une suite logique de la construction de cet État colonial. », rappelle Assa Traoré dans un entretien.

    Ni oubli ni pardon.

  • AntiRep

    Et hop, les mesures de l’état d’urgence passent tranquilou dans le droit commun, à la faveur d’ une énième loi "antiterroriste" validée par le sénat, et qui passera à l’assemblée nationale en octobre." Le gouvernement souhaitant une adoption rapide, il a demandé la procédure accélérée ".

    En marche accélérée pour le "despotisme doux" ? Gare à la riposte délicieuse...

  • lundi 17 juillet

    GCO

    GCO « Notre détermination agace... »

    En Alsace, les opposants au projet Vinci d’une autoroute à péage (GCO) font face à des actes violents de la part de partisans du projet visiblement agacé par leur résistance. Depuis quelques semaines, plusieurs actes de dégradations ont été constaté notamment sur la cabane de Duppigheim (sud du tracé). Le dernier acte récent s’est produit dans la nuit du 14 au 15 juillet avec la destruction de la cabane anti-GCO de Stutzheim-Offenheim.

    En tout état de cause, cet agacement montre que c’est nous qui avons raison et que la violence qu’on aimerait bien nous coller sur le dos est dans le camp des perdants... VINCI est son monde, nous n’en voulons pas !

    Des opposants

  • NDDL

    « On s’est dit : “il y a des champs de libre, allez hop on bétonne tout ça” » a dit le ministre le l’écologie dans une interview au sujet de l’aéroport. On attend de voir si son gouvernement en tirera vraiment les conséquences… l’interview complète :

    Quid de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

    Tout le monde connaît mon opinion là-dessus, je n’ai jamais été convaincu par l’utilité du projet. Maintenant, le dossier est dans les mains des médiateurs, pour vérifier que tous les scénarios ont été étudiés. La décision se fera de façon impartiale.

    On va y arriver un jour ?

    C’est devenu tellement passionnel… Très sincèrement, personne n’est malhonnête dans ce dossier mais tout le monde n’a pas la même grille de lecture. Je ne suis pas en conflit avec M. Retailleau, je respecte son point de vue, je le comprends mais ne le partage pas. Je veux que le dialogue et la raison l’emportent, sans violence verbale et encore moins physique. Il y a des besoins avérés pour absorber le trafic mais on a été au plus facile, tout n’a pas été étudié. C’est l’héritage d’une décision prise il y a 30 ans. On s’est dit : « il y a des champs de libre, allez hop on bétonne tout ça ». Ce sont des logiques dépassées.

    (Interview par Ouest France)

  • 13 juillet

    ZAD

    Au gré des chemins de la zad : une nouvelle brochure pour parler des sentiers sur la zad. La question a fait, fait toujours polémique sur la zone occupée. Ce texte présente 3 parcours de randonnée possible à l’aide de cartes, ainsi que quelques pistes pour le faire de manière intelligente en prenant en compte que l’espace est occupée / habitée, par ex.

    - respecter l’intimité des habitants en portant attention aux recommandations affichées sur les lieux de vie et en ne prenant pas d’images sans le consentement des personnes

    - ne pas perturber les troupeaux de bovins, préserver les cultures ou prairies, en longeant les haies et en refermant les clôtures quand nous traversons les parcelles et en tenant les chiens en laisse

    - ne pas piétiner la flore et déranger la faune à la lisière des sentiers

    Ces cartes et brochures sont trouvables au point info de la Rolandière et aux Fosses Noires.

  • Collectif syndical contre l’aéroport

    La CGT Air France soutient la lutte contre l’aéroport à NDDL !

    Après une présence, et une prise de parole remarquée lors du rassemblement du week-end dernier la CGT Air France enfonce le clou et diffuse massivement son soutien. Merci à vous et à bientôt pour la rentrée sociale !

  • Nantes

    La letttre à Lulu, c’est un chouette petit canard nantais, indépendant et, entre autres choses, résolument contre le projet d’aéroport. Alors on a le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro n°97.

    Disponible en kiosque en vrai papier, avec de vrai fifrelin.

    Ou en pdf, sur le site www.lalettrealulu.com/ pareillement tarifé par l’entremise d’une petite carte en plastique de péage.


  • 12 juillet

    Squats-espaces autogérés

    Les espaces d’autogestion et d’entraide toujours dans le viseur des aménageurs du désastre. En attendant les bleus, le centre social de l’Attiéké à Saint-Denis s’organise : " La lutte continue ! Vive l’auto-organisation ! Que les occupations fleurissent ! Logement, papiers, liberté pour tou.te.s". Un article et ici.

  • ZAD

    La semaine "intercomités" initialement prévue du 7 au 13 août est annulée, on réfléchit à la reporter en début d’automne pour peut-être l’intégrer à un moment plus large autour de l’avenir de la zad. On vous tient au courant !

  • 10 juillet

    NDDL

    Le rassemblement d’été de la coordination a rassemblé une vigntaine de milliers de personnes ce week-end (selon la presse) malgré la chaleur pour de nombreuses discussions.