Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Textes > Témoignages > COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DE SOLIDARITE AU MOUVEMENT NOTAV et quelques (...)

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DE SOLIDARITE AU MOUVEMENT NOTAV et quelques nouvelles des compagnon.nes incarcéré.es...

dimanche 16 mars 2014

Depuis les arrestations du 9 Décembre jusqu’à aujourd’hui il ne s’est pas passé 2 jours sans une initiative contre un siège du Parti Démocratique (le PS italien) quelque part en Italie, ou une filiale de la banque intesaSanPaolo (principal financeur du TAV dans le Piémont), ou une des entreprises impliquées dans la réalisation du TAV. Et puis des banderoles, des affiches, des toilettes de tribunaux bouchés, des distributeurs de billets sabotés, des trains bloqués, des protestations... qui en Val Susa et en ville, ont démontré que, sans aucune centralisation, la meilleure défense, c’est l’attaque. De mémoire on ne se souvient pas d’une telle mobilisation suite à l’incarcération de compagnon.nes. Au beau milieu de ce « cheminement », le 22 Février, journée lancée de la Val Susa en solidarité avec Chiara, Nicco, Mattia et Claudio : des milliers de personnes dans 30 villes, villages, et de nouveaux des manifs, des blocages, des banderoles et des coups de masse. Un très beau moyen de retourner à l’envoyeur les accusations de terrorisme, de demander la libération des prisonniers, de revendiquer à voix haute la pratique du sabotage. Renvoyer tout cela à la face des procureurs Padalino et Rinaudo, qui auraient voulu voir les nôtres enfermé.es abandonné.es et les gens dehors avoir peur et être découragés.

Ci-dessous, nous traduisons en quelques lignes les initiatives des deux jours précédent le 22 Février, ainsi que les comptes rendus de la journée du 22 Février, de cette journée de lutte qui a vu des dizaines et des dizaines de milliers de personnes prendre les rues et les sentiers d’Italie, de France et d’ailleurs... La lutte continue !

Pour accéder a la chronologie complète en italien : http://www.autistici.org/macerie/?cat=925

19 Février : Trento Pendant plusieurs heures des autobus de la ville et banlieues portent des messages tels que : « le terroriste c’est l’état ; Chiara, Claudio, Nico et Mattia Liberté ; Saboter est beau et juste ; Allume toi aussi une foreuse et tu seras heureux... »

19 Février : Turin Un autre siège du Parti Démocratique (socialos au pouvoir en Italie), cette fois dans le quartier San Salvario, est tagué dans la nuit contre le TAV et en solidarité aux prisonniers.

« la vallée ne s’arrête pas. NoTav Liberté »

20 Février : Tiburtina, Rome Dans le hall de la station ferroviaire de Tiburtina, complétement restructurée justement à cause du passage des TGV, a lieu un rassemblement - assemblée. Avec banderoles, tracts et intervention au mégaphone s’expriment les raisons de l’opposition à la grande vitesse et la solidarité aux 4 compagnon.nes. Le rassemblement se transforme ensuite en manif spontanée dans les rues de la ville.

20 Février : Nouvelles de Claudio, Chiara, Niccolo et Mattia. « Claudio peut rester en isolement parce qu’en réalité il n’est pas en isolement. Mattia et Niccolo peuvent continuer à ne pas se retrouver. Et tous les quatre peuvent continuer à ne pas avoir de parloirs avec leurs proches ». Voilà les réponses que la juge de l’enquête préliminaire Frederica Bompieri a fourni à l’issu de la requête présentée par les avocats contre les conditions de détention particulièrement dures de Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo.

Les motivations données par la juge oscillent entre le renvoi vers d’autres responsabilités (procureurs général, directeurs des prisons ou administration pénitentiaire) et les acrobaties envers les évolutions sur le fil de la jurisprudence. Dans le premier cas, les juges déclinent par exemple la suppression des heures de promenade de Mattia et Niccolo (ils sont incarcérés dans le même bloc de haute sécurité) à cause de l’interdiction de se rencontrer le justifiant comme « un événement relevant simplement de la prison d’Alessandria ».

Les acrobaties justement juridique affirment par contre que Claudio n’est pas en isolement mais simplement ne peut pas rencontrer, pour des exigences d’enquêtes, deux des trois compagnons présents dans la section dans laquelle il se trouve. Il pourrait donc voir le troisième mais comme ce dernier sort en promenade avec les deux premiers, de fait Claudio ne peut rencontrer personne.

Le « bis repetita » des exigences d’enquêtes est ensuite répris pour expliquer l’interdiction de Mattia et Niccolo de se rencontrer et leurs interdictions d’avoir des parloirs avec leurs proches. Bien sûr il n’est rien dit du pourquoi ces exigences d’enquêtes ont émergées à l’improviste alors que l’enquête préliminaire des 4 compagnons a été close. Mais avant, lorsque l’enquête était toujours ouverte, Claudio, Mattia et Niccolo se voyaient et avaient leurs parloirs avec leurs proches (ils étaient incarcérés ensemble à la prison de Turin avant leurs transferts).

Comme les professions antiques des oracles, cela serait une fatigue inutile de vouloir découvrir quel délire mystérieux se cache derrière les formules des juges. Il est par contre plus intéressant de continuer et d’intensifier la solidarité avec les quatre compagnon.nes dans la rue.

20 Février : Trento et Rovereto De nombreuses banderoles en solidarité avec les 4 compagnon.nes sont accrochées sur des ponts des deux villes.

20 Février : Bergamo Quelques inconnu.es solidaires s’approprient les espaces publicitaires des bus de la ville pour transmettre des messages de solidarité avec les 4 compagnon.nes.

20 Février : Gallarate Des banderoles sur les ponts de la route ss336 sont accrochées en solidarité aux 4 incarcérés.

20 Février : Avigliana Tags et affichages sur les panneaux publicitaires du Parti Démocratique mis place pour les élections préliminaires du parti.

20 Février : Bologne Pendant une initiative de la faculté de sciences politiques en solidarité avec les 4 incarcéré.es, définie d’un conseiller municipale de la Ligue du Nord (fascistes italiens) comme « une des fêtes illégales des anarchistes et des NoTav », les murs de la facultés sont tagués.

« Padalino et Rinaudo, pour vous l’arrêt cardiaque ! Lutte et résistance ! »

21 Février : Milan Tags « NoTav, NoMedia » contre le Tav et en solidarité aux compagnon.nes incarcérés sur les façades des siège des journaux Sole 24 ore, Radio deejay, il corriere della sera, l’espresso, il giorno et il giornale.

21 Février : Turin 32 distributeurs de billet de la banque Intesa SanPaolo (la principale banque du Tav dans le Piemont) sont sabotés au silicone en solidarité avec les 4 incarcéré.es. Sur les murs et les vitrines apparaissent tags et autocollants avec les phrases : « Terroriste est qui militarise et dévaste les territoires, Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo liberté ».

21 Février : Trento Blocage pendant 15 minutes d’un TGV.

21 Février : Udine Pendant qu’un groupe de NoTav tracte à l’entrée de la station ferroviaire, deux personnes escaladent le balcon principal pour fixer une banderole. Le rassemblement durera deux bonnes heures.

21 Février, Moncalieri Dans la nuit le rideau métallique du siège du parti démocratique est tagué.

21 Février : Saronno Pour inaugurer la journée de mobilisation nationale du 22 Février contre le Tav et les accusations de terrorisme, quelques solidaires expriment leur proximité à Claudio, Mattia, Niccolo et Chiara avec un collage nocturne.

21 Février : Turin Les vitrines du local du Parti Démocratique sont brisées avec le tag « vous dégoutez tout le monde, pas seulement les NoTav ».

22 Février, journée (inter) nationale de mobilisation en solidarité avec le mouvement NoTav en Val Susa.

Des manifestations ont eu lieu dans ces endroits :

NORD ITALIA

Piemonte : Chiomonte Val Susa, Torino, Novara, Pozzolo (Alessandria),Asti, Biella, Ivrea Emilia-Romagna : Cesena, Bologna, Modena, Ravenna Friuli-Venezia Giulia : Trieste, Venezia Liguria : Genova Lombardia : Milano, Pioltello, Melzo, Martesana, Cremona, Brescia, Pavia Trentino-Alto Adige : Trento, Veneto, Comitati Alto Vicentino, Feltre, Adria,Belluno, Legnago

CENTRO ITALIA Marche : Pesaro Toscana :Firenze, Pistoia, Livorno, Pisa Umbria : Perugia

SUD ITALIA Abruzzo : Pescara Calabria : Cosenza Campania : Napoli Puglia : Bari, Barletta Sicilia : Caltanissetta

DANS LE MONDE

Chili – Santiago. Grèce – Athènes, Théssalonique. Turquie – Istanbul. France – Nantes, Lyon.

COMPTES RENDUS (partiel !) DES MANIFS DU 22 FEVRIER

Turin : Dès la matinée tôt des initiatives ont lieu pour animer la journée : le périphérique en direction de Milan est bloqué avec poubelles, câbles d’acier et banderoles en solidarité aux quatre incarcéré.es NoTav. A partir de 13h, divers rassemblements informatifs sur des places de la ville convergent sur la place Castello pour le départ en manif prévu à 15h, trois milles personnes. Un énorme dispositif policier était présent afin d’en contrôler les moindres mouvements et pour empêcher de s’approcher d’objectifs sensibles. Val Susa : la manif de deux milles personnes est partie de la station de Chiomonte pour aller jusqu’au portail principal du chantier du tunnel du TAV. De nombreuses interventions au micro ont défendu la pratique du sabotage en disant clairement que « si le terrorisme est de résister alors nous sommes tous des terroristes ». Alors que les lettres des quatres compagnon.nes et celle écrite par leurs familles sont lues, une banderole « NoTav Liberté » accrochée à des ballons d’hélium s’envole au dessus du chantier. Milan : Une manif régionale de trois milles personnes a traversé les rues de la ville. Durant le parcours les murs ont été rempli de tags, pendant que des distributeurs de billet et des caméras de vidéo surveillance étaient sabotés. De nombreuses interventions, parmi lesquelles les parents de Mattia. Deux chantiers de l’Exposition Européenne de 2015 ont été attaqués : l’un a vu ses barrières détruites, l’autre a été copieusement tagué. Deux gigantesques banderoles ont été accrochées sur une grue et sur un immeuble alors que la manif se dirigeait vers la prison de San Vittore. La manif s’est donc conclue par un rassemblement itinérant très vivant et animé devant les murs, grâce aussi à la réponse chaleureuse des détenus. Bologne : Plusieurs centaines de personnes se sont bougées en manif vers la station ferroviaire près de laquelle un gigantesque tag été présent et une banderole géante a été accrochée avec le texte « le Tav se sabote. Liberté pour tous ». De nombreuses interventions s’en sont suivies, répétant l’importance du sabotage comme pratique de lutte et la solidarité avec les prisonniers. Naples : Des milliers de personnes ont défilé dans le centre jusqu’à la préfecture en unissant la solidarité aux NoTav emprisonné.es avec celle aux dix chômeurs incarcérés la semaine dernière. Rome : Après le rassemblement qui eu lieu dans le hall de la station ferroviaire le 20 Février, et la manif spontanée du 21, la journée du 22 a vu défilé dans les rues des milliers de personnes, dans trois quartiers différents, pour répéter la solidarité avec les NoTav incarcéré.es et pour se remémorer Valerio Verbano, assassiné par des fascistes le 22 Février 1980. Trieste : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, notamment contre la banque Sanpaolo, impliquée dans le financement de la ligne Lyon-Turin.

Trento : Après une semaine pleine d’initiatives en vue de la manifestation, 300 personnes ont défilé dans les rues. Présents les comités locaux NoTav et beaucoup de compagnon.nes. Les affiches, la banderole de tête et les interventions exprimaient la solidarité aux prisonniers et la justesse du sabotage. Gênes : un rassemblement de 300 NoTav TerzoValico s’est transformé en manif qui a parcouru les rues de la ville en direction du siège de Italia Ferroviaire. Une fois arrivée le siège a été « chantierisé » avec grillages pendant qu’une banderole en solidarité a été accrochée sur le Pont Monumental. Ivrea : Avec un rassemblement devant la prison les compagnon.nes ont souligné comment la lutte NoTav et la solidarité avec les prisonniers en général sont étroitement liées. Modène : Beaucoup de manifestants et de comités contre la gestion de l’urgence tremblement de terre ont protesté contre la dévastation du territoire et en solidarité avec les NoTav. Val Scrivia : les 500 manifestant.es se sont regroupés autour du chantier du Tav Terzo Valico de Pozzuolo Formigaro et ont détruits 8 km (!) de grillages du chantier. Florence et Pise : Deux manifestations pour unir les luttes et étendre la solidarité, contre le nouveau président du conseil italien et ex maire de Florence Matteo Renzi. Cremona : Durant le marché, sur la loggia del Torrazzo est accrochée une banderole « Le terroriste est celui qui dévaste et saccage les territoires – NoTav Liberté ».

Bergamo : Quelques NoTav se rendent devant une filiale de la banque Intesa SanPaolo dans l’hyper centre ville, avec des fumigènes illes perturbent le calme d’une matinée de shopping. Avec une banderole « SanPaolo dévaste et saccage la terre et la vie – NoTav Liberté », des tracts et des interventions au mégaphone expliquent aux passant.es les responsabilité de la banque dans la construction du TAV.

Nantes : Durant la manifestation, de nombreuses banderoles, drapeaux et tags ont rappelées la solidarité avec le mouvement NoTav et la lutte contre la grande vitesse. Une agence SNCF a été copieusement taguée, le trafic ferroviaire a été bloqué pendant trois heures par des sachets de sables reliés à des cordes et fanions NoTav lancés sur les caténaires, une banderole géante mise entre deux immeubles au dessus de la rue de Strasbourg en début de manif où l’on pouvait lire : Liberté pour toutes, Mattia, Claudio, Chiara, Niccolò..., No Tav Resistance et Sabotage”et lors des prises de parole en fin de manif une intervention au micro pour rappeler le contexte des arrestations des 4 NoTav, pour rappeler les morts de Sole et Baleno suicidé.es par l’Etat en 1998 suite à des accusations de terrorisme pour des actions de sabotage contre la Tav, et enfin en lisant la lettre de Chiara. Voir la retranscription de la prise de parole : Prise de parole NoTav – Manif de Nantes.

PNG - 298.8 ko

« NOTAV, Si sabotage = terrorisme, nous sommes tous terroristes

Info spéciale bonus : dernière journée des soldes ! contre la parano, pour la précaution ! 22 Février, Turin Cachée dans une boite de relais téléphonique filmant l’entrée du squat anarchiste l’Asilo occupato (perquisitionné lors des arrestations NoTav du 9 décembre), une caméra de la police politique est trouvée, détruite et pendue en place publique lors de la manifestation NoTav de Turin. Pour toutes les photos de l’appareil : http://www.autistici.org/macerie/?p=30110

Et parce que pour lutter contre ce monde, il faut commencer par abattre les prisons : 23 Février : Rebbiba, Rome Les journées de mobilisation à Rome se sont conclues par un r assemblement d’une centaine de personnes devant la section haute sécurité pour femmes de la prison de Rebbibia à Rome pour saluer Chiara et toutes les détenues. Parmis les solidaires étaient présent.es ami.es et proches des détenues.

A suivre en Italien sur : http://www.autistici.org/macerie/?cat=925

Documents joints