Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Textes > Communiqués extérieurs > Communiqués de soutien

Communiqués de soutien

lundi 5 novembre 2012

Voir aussi les messages de solidarité reçus et les actions partout ailleurs.


Fédération Syndicale Unitaire - Section du Gard MOTION DE SOUTIEN La FSU du Gard, réunie en Congrès les 14 et 15 janvier 2013 soutient tous ceux qui luttent aujourd’hui sur place contre le projet inutile et mortifère d’aéroport à Notre Dame des Landes :
- bétonnage de terres agricole,
- destruction du bocage, des zones humides et de la biodiversité,
- engagement important des fonds publics pour un projet qui n’est plus d’avenir,
- procédures entachées d’irrégularités patentes. Les questions portées au grand jour par ce combat concernent tous les citoyens et doivent nous engager à participer et à amplifier la lutte contre ce projet emblématique de tant d’autres grands projets inutiles. Congrès FSU du Gard, Nîmes, le 15/1/2013 Adopté à l’unanimité

l’original :

PDF - 40.7 ko

Cher zaddist(e)s, nous voulions vous envoyer un message de solidarité Prennez soin de vous, amour et rage Quelques individu-e-s de Az Köln

#############################################################

Solidarité avec villa amalias, skaramanga, radio 98fm, sjz, liz, zad et l’assentamento milton santos.

Cher ami(e)s adoré(e)s de touts les squats et espaces autogèrés,

Nous sommes complètement impressionné-es par les milliers de personnes descendues dans la rue samedi dernier, à Athène et dans d’autres villes[1], pour montrer leur solidarité avec les squats et les espaces autogèrés, avec les 92 prisonnier(ère)s de l’expulsée et re-squatée Villa Amalias[2],les expulsé(e)s du squat Skaramanga[3] et les expulsé(e)s de la radio pirate 98fm. Énorme ! Nous sommes heureux(se) de voir que ces explusions ne vous laissent pas sans réponse, que vous continuer à squater et re-squater, que vous attaquer ceux qui sont conjointement responsable pour les tentatives d’attaques et de criminalisation de notre auto-détermination et de nos espaces de vie autonomes, ceux qui essaient de nous imposer leurs conceptes de vies et de libertés sans joie et sans couleurs.

.... police, partie politique, militaire, fascistes, média, machos et tous ceux qui détiennent le pouvoir sur d’autres, peu importe où, peu importe comment, tous ceux(lles) soumis(e)s à l’autorité... Fuck off Notre message pour vous est simple : bas les pattes sur tous les squats et espaces autogèrés. Vous ne pouvez pas écraser la réappropriation de nos vies, l’auto-détermination et l’organisation coopératives de nos différents lieux de vies, ni en ville, ni en campagne, ni dans les espaces intermédiaires, vous ne pouvez pas expulser les idées.

Cher ami(e)s adoré(e) d’Athène, Volos, Thessaloniki, Patros, Naxos, Cher tous et toute, nous vous envoyons notre amour infini ; notre rage et notre force pour maintenant et les jours et les nuits qui s’en viennent. Ici, à Cologne, nous sommes pris depuis plusieurs mois dans une situation de menaces similaires[4]. Les politiques urbaines, d’abord et principalement le partie politique au pouvoir SDP (sociale démocrate) en ligne avec les fascistes de ProKöln et le CDU(chrétien démocrate) ont déjà signés la fermeture de AZ(centre autonome) en conseil municipal au début de l’année dernière[5].

Qu’ est-ce qu’il se passe avec le copinage à Cologne ?

Le budget de la ville est aux bord de l’effondrement, le dôme ( une cathédrale) est ébranler par la ligne de metro qui passe dessous, la ville a coupé le budget de leur engagement social et culturel, elle est incapable et réticente à fournir des réponses à la hausse toujours grandissantes des loyers, au manque de logements (à l’exception, bien-sûr de quand il s’agit de fournir un nouveau terrain pour le nouveau bureau "monolith" ou les condos exclusifs à Rheinauhafen ou du quartier Gerling) et les mêmes politiciens ont l’air de penser qu’il peuvent simplement décider qu’il n’y a aucune place pour un centre autonome et indépendant dans toute la ville ? Ceci n’est seulement une mauvaise blague et nous voulons vous dire une chose : Bas les pattes sur l’AZ. AZ reste. pause. Depuis près de trois ans l’AZ est organisé et modelé par un nombre incalculable de personnes. Plusieurs tentatives d’expulsions ont été empêchés[7], la dernière tentative s’est terminée par une accord d’usage illimité[8] au début du mois d’avril 2011, après quatre jours de barricades, d’actions et de négociations. Depuis l’ouverture en avril 2010 l’AZ vit chaque semaine comme nouvelle avec les multiples idées et impulsions de ses usagers, c’est un espace où nous visons à négocier notre coopération mutuelle et les solutions de nos conflits, desfois avec succès et desfois non. C’est l’endroit où nous expérimentons et devellopons notre auto-détermination et notre auto-organisation, c’est l’espace où nous passons un merveileux temps de mise en jeux. Donc, nous resterons pour les nombreuses années à venir.. Nous n’avons pas besoin des politiques publiques, ni d’administration, ni de ceux(lles) qui essayent de nous dire quoi faire. Vos paroles et vos actes sont tout simplement sans persectives.

En contraste, nous aimerions acceuillir aux tournant deux projects. Nous voudrions saluer et envoyer notre solidarité à Bonn et Seigburg. Il y a près de deux semaines, une première action squattage depuis des année s’est tenu à Bonn[9]. Son but : la mise en place d’un centre libertaire. Le nom de campagne- LIZ- her mit den libertären zentren- il y a des centres libertaires- a été formé l’an dernier afin de d’établir des espaces autogérées dans Bonn[10]. Comme à Cologne les espace autogérés sont rares en ville. Par conséquent nous sommes entièrement heureux(ses) que vous aviez squatté le batiment vide de l’université au 160 allée Meckenheimer. Même si l’occupation n’a duré qu’une journé et que l’administration de l’université a déposé des charges criminelles pour avoir troubler la paix nationale : ce jour nous pousse et nous démontre d’autant plus qu’il est possible de se battre pour de nouveaux espaces à Bonn et que l’occupation et l’utilisation de bâtiments abandonnés est la manière appropriée d’y parvenir. Nous espérons vous revoir bientôt.

The centre jeunesse autogéré SJZ[11], existant depuis 20 ans, vit des difficulté avec l’administration arbritaire de la ville. Même si cell-ci a installé un système anti-bruit dans le nouveau bâtiment du SJZ et que l’organisme de réglementation de la mairie a fait suffisament de relevé de mesure du son, la même agence menacait le SJZ d’expulsion policière immédiate si il y avait encore une seule plaintes de voisinage à cause d’évènement trop bruyants. Cette menace a mené à l’annulation de toutes les fêtes et concerts prévus. Après la manifestation du 21 décembre de l’année dernière, le SjZ est en cours de négociation avec l’administration de la ville et l’a déjà amèné à l’accord de conduite des mesure de construction nécessaire dans le mois[12]. SJZ reste ! et nous vous souhaitons tout notre amour.

Nous envoyons aussi notre déclaration d’amour à la ZAD[13], un bout de terre tout près de nantes, toujours occupé et qui ce bat, depuis sa ré-occupation par plus de 30 000 personne en novembre de l’an dernier[14], contre des anti-émeutes armés qui essayent de forcer la construction d’un aéroport inutile à l’aide de milliers de cartouche de gaz lacrymogènes, balles de cahoutchou et de grenades de désencerclements[15], la réalisation de la construction de l’aéroport est empêché depuis les années 70[20].

Nous envoyons aussi notre déclaration d’amour à Assentamento Milton Santos[17], americana, proche de campias dans la région métroppolitaine de são paulo. Milton Santos est une terre occupée depuis 7 ans, acceuillant 68 familles qui vivent, travaillent et s’organisent par eux-même[18], ils ont résisté le 20 décembre de l’an dernier à l’expulsion planifiée avec des barricades enflammés sur les routes et l’occupation temporaire du bureau du partie gouvernementale (pt/partido dos trabalhadores) à são paulo[19]. Une nouvelle expulsion est planifié dans les deux prochaines semaines[20].

Squattons le coeur de la terre et des villes.

Quelques personnes de Az Köln

[1] http://en.contrainfo.espiv.net/2013... [2] https://linksunten.indymedia.org/de... [3] http://en.contrainfo.espiv.net/2013... [4] http://az-koeln.org/presse-news/aut... [5] http://az-koeln.org/presse-news/ste... [6] http://www.report-k.de/Politik/Loka... [7] http://de.indymedia.org/2010/06/285... [8] http://de.indymedia.org/2011/03/303... [9] https://linksunten.indymedia.org/de... [10] http://lizbonn.blogsport.de [11] http://www.sjz.de [12] http://www.sjz.de/?p=186 [13] https://zad.nadir.org/?lang=en [14] https://secure.flickr.com/photos/va... [15] https://zad.nadir.org/spip.php?arti... [16] https://zad.nadir.org/spip.php?arti... [17] http://www.assentamentomiltonsantos... [18] http://passapalavra.info/?p=70627 [19] http://passapalavra.info/?p=69669 [20] http://midiaindependente.org/pt/blu...


PDF - 305.2 ko
COURRIER MAIRE DE ST­-NAZAIRE PROJET AERO­PORT NDDL

Le Sel de Guérande vient pimenter le dossier de Notre-Dame-des-Landes… reçu le 28/12/12

Les hommes politiques de la presqu’île ont tout intérêt à ménager les paludiers... Chaque fois qu’une personnalité extérieure se rend dans les parages, Christophe Priou, député et maire de Guérande, l’emmène visiter Terre de Sel… Or, les paludiers sont devenus le symbole de la contestation contre Jean-Marc Ayrault et son projet d’aéroport. Un coup de théâtre est intervenu car les opposants à l’aéroport de Notre-Dame des Landes ont reçu un soutien majeur avec la création d’un comité d’opposants en presqu’île guérandaise, présidé par Pierre Péréon, qui n’est autre que le président du Syndicat des paludiers de Guérande. Au micro de Kernews, celui-ci a présenté les raisons de son action : « Cela fait maintenant quatre ans que nous suivons le projet du futur aéroport. Nous avons une vieille histoire puisqu’il y a quarante ans, on a voulu construire une rocade qui descendait de Guérande au Croisic et certains politiques pensaient qu’il n’y avait que cette solution pour développer le tourisme dans notre région, alors que l’on n’avait pas informé les habitants. Il y a eu un énorme travail d’opposition qui a été fait et, au bout de quarante ans, on se rend compte que le Sel de Guérande est reconnu : on fait vivre un territoire, on fait vivre des gens dessus et, en plus, on développe le tourisme ! Nous sommes sensibilisés à la situation des jeunes et de nos collègues paysans qui sont sur place, parce que nous avons une histoire similaire ». Pierre Péréon dénonce l’investissement des collectivités publiques dans le projet : « L’emploi ne va pas exploser. Il va y avoir de l’emploi lors de la construction de l’aéroport, c’est évident, mais le fonctionnement ne va pas développer l’emploi, puisqu’il s’agit de déplacer une zone d’activités. Sur la presqu’île, nos élus locaux souhaitent ouvrir les vannes du tourisme. Nous ne sommes pas contre l’accueil des gens, mais il faut que cela se fasse de manière raisonnée, en réflexion avec les habitants. Cap Atlantique va mettre dans le projet 2,4 millions d’euros pour être dans le syndicat de cogestion de l’aéroport, mais il n’y a eu aucun débat au sein de Cap Atlantique pour proposer cela. Nous ne faisons que subir la décision de quelques élus ! » Le syndicaliste avance également des arguments d’ordre écologique : « Cela consiste à déplacer un aéroport de 18 kilomètres. L’impact sur la terre agricole sera de 2000 hectares, c’est la surface des marais salants de Guérande ! Les gens doivent aller voir la biodiversité qu’il y a sur place, on a du mal à imaginer cela bétonné ! On va recouvrir 2000 hectares de terres agricoles et ce sera le petit joujou de quelques élus qui ont décidé cela ». Le Syndicat des paludiers de Guérande est puissant, influent, reconnu et il est soutenu par les pouvoirs publics, notamment à travers la coopérative Terre de Sel. Les paludiers ne craignent pas les pressions politiques, conclut Pierre Péréon...

http://www.labaule.maville.com/actu/actudet_-Les-anti-aeroport-manifestent-de-Guerande-a-Cap-Atlantique_-2260993_actu.Htm

Mercredi 12 décembre 2012

Les anti-aéroport manifestent de Guérande à Cap Atlantique Rien ne les arrête. Pas même le froid incisif du début de journée. Après être allés à la mairie de Guérande sur les coups de 10 h, les opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes se sont ensuite rendus à Cap Atlantique, à La Baule. Ils ont formé un convoi de tracteurs, voitures et vélos pour le parcours. Une fois le pied posé en terres bauloises, ils ont rencontré Yves Métaireau, président de la communauté de communes. Ils ont remis un tract à tous les élus afin qu’un débat public soit organisé au sein du conseil communautaire.

Ouest-France


Communiqué de l’Orchestre Poétique d’Avant-guerre - O.P.A, reçu le 28/12/12

Répression et violences policières : la réponse de l’Etat aux zadistes.

Bordeaux, le 6 décembre 2012

Mercredi 4 décembre 2012, les actionnaires du groupe Vinci avaient prévu de visiter Bordeaux en bateau.

En solidarité avec la lutte menée à la Z.A.D et contre les grands projets inutiles, le collectif de soutien de Bordeaux avait décidé de bloquer l’accès au bateau destiné à les accueillir.

Moins d’une heure après le début du blocage, les camarades participant à cette action ont été chargé-e-s, gazé-e-s et dégagé-e-s manu-militari par une vingtaine de policiers et de bacqueux.

Nous avons aussi été informés que l’Etat se préparerait à nettoyer au karcher la Zone à Défendre de Notre Dame des Landes.

Ce seront donc encore et toujours la violence et la répression qui répondront d’ici peu à cette lutte qui fédère autour d’elle un soutien national et multiforme, cette lutte qui nous rassemble et nous poussent à résister ensemble. Enfin !

Nous sommes par avance solidaires de chaque zadiste qui sera gazé-e, molesté-e, flashballé-e, matraqué-e, frappé-e, arrêté-e, mis-en-garde à vue etc... au cours de cet assaut.

Nous sommes par avance solidaires de tout-e zadiste où qu’il/elle soit qui aurait à subir cette répression, ultime recours d’un pouvoir qui souhaite une marchandisation forcée de nos vies.

Chaque coup porté attisera notre colère.

Chaque coup porté renforcera nos convictions.

Ici et là, nous délimitons ensemble nos Zones A Défendre et nous gagnons du terrain.

La violence de l’Etat se heurtera toujours à notre obstination.

Nous ne voulons pas de leur monde.

Et nous pouvons inventer autre chose.

Solidairement,

L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre

O.P.A


Communiqué de soutien de l’ACAPE de Saint Nazaire , reçu le 28 décembre

L’ACAPE du quartier Ville-port de Saint-Nazaire est une association de Consom’Acteur-trice-s, de Paysan-ne-s et d’associations écologistes qui propose ses paniers de légumes, fruits... bio tous les vendredi de 17H30 à 19H rue Fernand Pelloutier.

http://panierbioacapevilleport.wordpress.com/ L’ACAPE Ville-Port s’associe au Mouvement inter-régional des AMAP (le MIRAMAP) qui fédère plus de 1600 AMAP en France et "*soutient celles et ceux qui luttent contre le projet d’aéroport de Notre Dame Des Landes. Cette mobilisation est cruciale pour le monde paysan.*

*L’irrationalité économique, politique, sociale, environnementale de cet aéroport est criante. Il engloutirait sous le béton plus de 2000 hectares de terres, largement dédiés à l’agriculture et situés dans une zone protégée pour sa biodiversité exceptionnelle. Depuis plus de dix ans, les paysans et adhérents des AMAP agissent pour la maîtrise de leur production et de leur consommation. Nous défendons une agriculture et une alimentation de qualité, citoyenne et solidaire, résolument ancrée dans les territoires et génératrice de revenus pour les paysans.*

*Ce projet d’aéroport, symbole des trop nombreux Grands Projets Inutiles, traduit une vision anachronique du développement économique, celle qui fait fi des dimensions sociales et environnementales et des besoins des habitants d’un territoire.*

*En refusant ce projet, nous affirmons la nécessité de remettre au cœur des préoccupations politiques, le développement d’une agriculture paysanne et le maintien des terres agricoles fertiles. (MIRAMAP)" *

L’ACAPE Ville-Port invite donc tous les citoyens préoccupés par les questions de souveraineté alimentaire à rejoindre la mobilisation nationale grandissante de Notre-Dame des Landes ; pour le développement d’une agriculture de proximité et de qualité dont nous aurons plus que jamais besoin dans les décennies à venir.

Le collectif gestionnaire de l’ACAPE Ville-Port.


Communiqué du SNE-FSU - les Lilas, le 13 décembre 2012

PROJET D’AEROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES (LOIRE-ATLANTIQUE) UN GRAND PROJET COMPATIBLE AVEC LA TRANSITION ECOLOGIQUE ? Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes se distingue par son ancienneté, son ampleur et la contestation dont il est l’objet. Ce grand projet ex-nihilo, qui vise à "déplacer" l’aéroport actuel jugé dépassé et à "désenclaver" le grand-ouest, a pris corps dans les années soixante-dix. La zone d’aménagement couvre deux mille hectares mais les effets induits sur le territoire s’étendront bien au-delà. Les opposants, d’origines géographiques, sociales ou professionnelles diversifiées, développent une argumentation approfondie qui dépasse de loin la défense d’intérêts locaux. Les questions de l’utilité du projet, des alternatives possibles, des effets induits à long terme sur l’économie et l’emploi, des ressources énergétiques, des pollutions, de la gestion de l’espace sont ainsi suffisamment bien posées pour que le doute existe et qu’on ne puisse plus l’ignorer. Le Syndicat national de l’environnement, attaché depuis quarante ans à la défense des politiques et d’un service public de l’environnement à la hauteur des enjeux, rappelle notamment que : ● L’urgence d’une transition vers une société durable est devenue une préoccupation citoyenne afin d’assurer collectivement le présent et l’avenir, en particulier la maîtrise des pollutions dont les gaz à effets de serre, et la gestion soutenable des ressources et espaces naturels. Or, phénomène connu, l’augmentation ou l’amélioration de l’offre de transports entraîne mécaniquement une augmentation des "besoins". Cela va à l’encontre des nécessaires économies d’infrastructures, de déplacements et d’énergies, seules efficaces à court terme dans l’attente d’une transition énergétique effective. De quelle politique des transports voulons-nous ? ● L’aménagement du territoire est bien autre chose que l’équipement du territoire. En France, l’équivalent d’un département est artificialisé tous les sept ans ! Les approches quantitatives perdurent : nombre de bâtiments construits, linéaires de réseaux, surfaces aménagées... Pour les décideurs, il faut que cela se voit ! La transition écologique suppose un autre rapport au territoire avec une approche économe des infrastructures existantes ou nouvelles, une importance redonnée à l’agriculture, un souci constant de préservation de la nature ordinaire ou remarquable, des fonctionnements mêlant activités de proximité ou à distance, réseaux de collaboration... ● Si des progrès ont été réalisés ces dernières années dans la gestion environnementale des projets d’aménagement – progrès qui doivent beaucoup, il faut bien le dire, aux directives et contentieux européens – l’écart entre l’esprit du droit et son application effective reste important dans l’élaboration des projets et la maîtrise des impacts. Il suffit de se reporter, par exemple, aux constats de la disparition et la dégradation à l’échelle nationale des zones humides ou des espaces littoraux. Les raisons sont sans doute à rechercher dans la primauté donnée à l’économie ou à une conception de la nature perçue comme un obstacle plutôt que comme une ressource ou un patrimoine. L’État lui-même n’est pas toujours exemplaire dans ce domaine. ● L’importance donnée à l’argument de la rentabilité financière à court terme dans la justification d’un grand projet d’aménagement cache souvent la réalité des coûts diffus induits à long terme : augmentation et relocalisation des populations, déplacements accrus, prise en charge des nuisances, surcoûts du partenariat public-privé... Or la question des coûts collectifs induits est au moins aussi importante que la rentabilité pour le privé. Si ces enjeux sont aujourd’hui présents dans les discours, l’engagement dans la transition écologique suppose de concrétiser innovation et recherche d’alternatives sociales et économiques. Le SNE-FSU considère qu’avec le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes nous sommes loin du compte : utilité douteuse, alternatives mal étudiées, intégration insuffisante de l’enjeu d’une société durable. Ce projet est incohérent en regard des enjeux affichés et des débats attendus à l’échelon national ou international. Alors que nous ne pouvons plus nous tromper sur les grands investissements d’avenir, le SNE-FSU demande un moratoire immédiat sur ce projet d’aéroport, tout comme sur les autres grands projets, afin qu’il fasse l’objet des questionnements nécessaires dans la perspective d’une transition écologique et énergétique.


Communication du CA du Réseau "Sortir du nucléaire"

Soutien du Réseau "Sortir du nucléaire" aux opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes

Le Réseau "Sortir du nucléaire" soutient ceux et celles qui luttent aujourd’hui et demain contre le projet inutile et imposé d’aéroport de Notre Dame Des Landes.

Comme pour la lutte contre la THT Cotentin Maine, les occupants de la "Zone à Défendre" de Notre Dame Des Landes sont confrontés à une répression violente que nous condamnons.

Le projet d’aéroport de Notre Dame Des Landes, à la rentabilité volontairement et délibérément maquillée, dilapide une fois de plus les fonds publics, comme l’EPR, comme ITER, comme Mégajoule et comme Bure...

Le Réseau "Sortir du nucléaire" invite tous les citoyens à rejoindre les comités de soutien, qui se créent partout en France, et à participer à l’amplification de cette lutte jusqu’à la victoire.

Le Conseil d’administration //du Réseau //"Sortir du nucléaire

Lire aussi : http://groupes.sortirdunucleaire.org/2012-De-l-EPR-a-NDL


Motion de soutien d’ATTAC

9 décembre

Motion de soutien à Notre Dame Des Landes

Les militant-e-s d’Attac réunis en Assises nationales à Macon les 8 et 9 décembre 2012 saluent et soutiennent tous ceux qui luttent aujourd’hui sur place contre le projet inutile et mortifère d’aéroport à Notre Dame Des Landes :
- bétonnage de terres agricole,
- destruction du bocage, des zones humides et de la biodiversité,
- gaspillage de fonds publics. Dans leur résistance face aux forces du désordre, comme dans l’expérimentation de pratiques alternatives, ils contribuent à poser des problèmes globaux qui concernent tous les citoyens et citoyennes.

Les militant-e-s d’Attac saluent également l’élargissement de la lutte partout en France et au-delà. En cohérence avec leur engagement altermondialiste beaucoup se sont déjà engagés dans des collectifs ou comités de soutien Notre Dame Des Landes en participant à leur création. Ils appellent les citoyens à rejoindre les comités et participer et amplifier la lutte contre ce projet emblématique de tant d’autres grands projets inutiles imposés (GPII) pour son abandon, jusqu’à la victoire.

Attac France, Macon, le 9 décembre 2012


Communiqué de presse-citron à l’usage des colporteurs de la bonne parole
- en date de bientôt la fin d’un monde et de l’an 01 d’un autre monde

Suite à l’élection de Nantes comme Capitale Verte Européenne 2013 par la commission Européenne en 2010, des habitantEs du Pays Nantais ) se sont regroupé-e-s depuis septembre pour célébrer cette aberration.
— > L’élection de la ville de Nantes au titre de Capitale Verte de l’Europe 2013 par la commission Européenne en 2010 a soulevé un tollé parmi les habitantEs du Pays Nantais. Que Nantes soit couronnée de lauriers verdoyants, alors même que ses éluEs commanditent le violent bétonnage de Notre-Dame des Landes et l’abattage des arbres du square Mercoeur est un non sens, une aberration... Une blague ! ConstituéEs en collectif, bien déterminéEs à mettre au grand jour cette mascarade verdâtre, nous déboulonnons et débetonnons la ville de Nantes !

1. Qu’essy s’passe ? Sur ordre de notre Grand Manitou Jean-Marc Poyrault de la Sainte CroissAAAnce L’EUHrope décerne le prix de Capitaliste Vert 2013 toutes taxes comprises à ... Nantes, capital de la Bretagne !

Douze travaux environnementeurs (gestion des COProlithes, aménagement d’espaces pour les casques bleus, gestion de l’eau pour les canons, monodiversité dans la ville, transports aériens bio sans OGM, excèsterra) prescrit au peuple Breton par le super Ayrault ont été validé par des représentants de la langue de bois déforestée et par des illuminés du mont Olympe !

Au même moment, l’État Eco-Saucialiste envoie César et ses légionnaires lacrymogénétiques taper sur les irréductibles assisté-e-s de Notre Dame des Luttes pour mettre un terme à leurs rêveries.

2. Qui cè qu’on est ? Groupuscule d’anarkystes hélicologistes professionnel-le-s de la guérilla clownesque (en signature en bas)

3. BÀN ! Prends ZAD dans ta gueule ! Peuple François, nous vous av(i)ons compris ! Nous feront pousser des kystes mousseux sur les murs de la ville ! Nous raserons la Parfaicture et la remplacerons par plusieurs milliards de quarts de zones numides !

Notre première sommation aura lieu le 12/12/12 (en référence à notre douzaine de coups à porter écologisticiens) : nous planterons une jungle hostile à la France Occupée en lieu et place du Square Mère Coeur ! Nous ramènerons le Bocage à Nantes !

site internet


Communistes Libertaires Autonomes / réseau international.

Que la ZAD soit leur vietnam ! * Solidarité et détermination ! * Après plusieurs semaines de résistance, l’imminence d’une nouvelle offensive policière de grande envergure se précise contre la ZAD. Nous ne reculerons pas, nous ne lâcherons rien. Car la meilleure défense est l’attaque, nous appelons tous ceux qui le peuvent à venir renforcer les positions défensives sur le terrain même de la ZAD, à intensifier partout où cela est possible les actions de solidarité avec les combattants zadistes. Par la propagande de division, par l’infiltration de flics, par le mensonge de la négociation, par la terreur de l’occupation policière, par les actions de choc d’incendie de cabanes, par la calomnie, par la nomination de responsables, l’Etat a tenté d’anéantir la ZAD. En vain. Plus que jamais, il s’agit de renforcer solidarité et détermination dans le combat frontal contre la machine étatique et ses forces policières : que la ZAD soit leur Vietnam, qu’ils s’y embourbent et reculent. Ils ne peuvent se permettre une défaite à Notre-Dame-des-Landes, et nous ne pouvons nous permettre de laisser nos environnements et lieux de vie détruire par les lois du profit : ici comme ailleurs contre le chaos capitaliste, ici comme ailleurs nos lieux de vie nous appartiennent. Autodéfense contre la machine de guerre étatique. Autonomie totale et locale de nos conditions d’existence. DE NO-TAV A CHIOMONTE, A LA ZAD DE NOTRE-DAME-DES-LANDES :  ! A SARA DURA !


Le Collectif Nantais Contre l’Aéroport (CNCA) appelle à une manifestation contre l’aéroport et son monde dans le cadre de la journée internationale contre les projets nuisibles le 08 Décemble 2012 à Nantes. Rendez-vous à 15H Place Bretagne.

Ils promettent de négocier, exigeons l’arrêt immédiat !

Impossible ces derniers temps de vivre dans l’agglomération nantaise sans savoir que le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes est de plus en plus contesté. Les arguments ne manquent pas ; de l’écologie au prix, de l’agriculture au développement insensé des villes etc. Cet aéroport devrait engloutir 500 millions d’euros à lui seul (dont moitié de l’état et des collectivités territoriales) auxquelles il faut rajouter le prix de toutes les infrastructures directes et indirectes (desserte routière, 2X3 voies Nantes/St Nazaire, nouveau périf, tram-train etc).

On veut nous faire croire que les investissements seraient raisonnables et maîtrisés. Tout cela alors que l’état est à la recherche d’argent, que les collectivités territoriales et surtout ses habitantEs se serrent la ceinture, que l’industrie subie plan social sur plan social. Un partenariat publique privé de 55 ans est signé avec Vinci. Celui-ci exige 12% de rentabilité qui seront payés par les collectivités locales si l’aéroport ne les génère pas. c’est pourquoi nous appelons à une manifestation le samedi 8 decembre à 15H place bretagne à nantes

Le CNCA est un collectif Nantais présent sur la lutte de l’aéroport depuis maintenant plusieurs années. Nous nous sommes rencontréEs autour de la lutte contre le projet d’aéroport. Nous souhaitions porter cette lutte au cœur de la métropole Nantaise. Lors de nos discussions, nous nous somme rendu compte que la question de l’aéroport n’était qu’un maillon de projets bien plus larges. Ils touchent tous les territoires et leurs habitants entre Nantes et St Nazaire. Depuis le mois de juin nous avons dessider d’organiser de manifestation mensuelle contre l’aeroport et la metropole nantes/saint-nazaire tous les dernier samedi du mois. Cette manifestation du 8 decembre sera notre 6eme manifestations.


Soutien et appel à rejoindre le mouvement de contestation contre le futur aéroport de Notre Dame des Landes

signé par le Syndicat national unitaire interministériel des territoires, de l’agriculture et de la mer SNUITAM-FSU

PDF - 71.4 ko

le 5 décembre


Le congrès du syndicat SUD PTT 44/85,

réuni à Nantes les 3 et 4 décembre2012, salue la résistance opiniâtre des opposants-e-s au projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes. Parce que l’actuel aéroport de Nantes Atlantique répond pleinement aux besoins actuels et futurs en matière de transport aérien, la construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des landes aboutirait à la destruction de 1 600 hectares de terres agricoles et de bocage pour le seul profit du groupe Vinci - et de ses actionnaires - à qui l’Etat a honteusement confié la gestion de l’aéroport de Nantes pour plus d’un demi-siècle. Ecologiquement absurde, la construction de ce nouvel aéroport serait aussi un non sens économique et social. C’est pour cela qu’avec l’Union syndicale Solidaires 44, SUD PTT 44/85 est partie prenante de la coordination des opposant-e-s à Notre Dame des Landes. Le congrès SUD PTT 44/85 invite et appelle ses adhérent-e-s et les salarié-e-s de ses secteurs, activités postales et télécommunications, à participer nombreux aux mobilisations unitaires d’une résistance qui est devenue le symbole d’une nouvelle vision d’avenir, répondant aux préoccupations sociales et environnementales, pour un monde tourné vers les besoins des populations et non vers ceux des actionnaires.


Communiqué de la Fédération Anarchiste : Á Notre-Dame-Des-Landes, la lutte continue

Dans le bocage de Notre-Dame-Des-Landes, les occupants et occupantes de la ZAD (Zone à défendre), depuis presque 5 ans pour certains, avaient déjà donné un visage particulier à la lutte contre le projet d’aéroport et contre le monde qu’il représente. Au-delà des analyses sur les répercussions écologiques et les dommages sociaux du projet, au delà de la contestation d’une forme d’aménagement du territoire et d’une manière de décider (l’autoritarisme déguisé en une pseudo démocratie), c’est une leçon du vivre ensemble qui se construit sur ces terres. Là, a été adoptée uneforme de vie autogestionnaire. Elle est basée sur des assemblées générales souveraines, et donc, la prise de décision est collective pour tous les aspects de la lutte comme pour la gestion du quotidien (production et partage de nourriture, habitat, moyens de transport, culture...).

Cet îlot de résistances et de vie autrement a été considéré par le Pouvoir (politique et économique) comme une alternative potentiellement subversive, à plus large échelle, un « kyste », pour le Ministre de l’Intérieur. C’est ce qui explique le déploiement hallucinant de forces de l’ordre pour qui tout doit disparaître et le plus vite possible. Elles n’ont pas rechigné à la violence et n’ont pas hésité à détruire des lieux de vie ainsi que des biens (vélos, lits...) des habitants.

Les Zadistes (terme générique recouvrant de multiples individualités aux visions diverses) ont su tisser des liens avec leurs voisins et construire un réseau de personnes concernées alentour. Aussi, dès que la répression a commencé, la résistance s’est organisée et a bénéficié de soutiens de plus en plus larges. La détermination des Zadistes face aux forces de l’ordre et le modèle alternatif qu’ils montrent ont séduit, bien au-delà des clivages politiques actuels.

Malgré certaines manœuvres, les partis politiques n’ont pas de prise sur ces personnes et ils n’apparaissent qu’en renfort. Le gouvernement tente toujours - en vain - de séparer les bons opposants des méchants « anarcho autonomes », « spécialistes de la guérilla urbaine »... Alors que, de fait, l’ensemble des contestataires fait front commun.

Le succès de la manifestation du 17 novembre en témoigne. Au-delà du nombre (plus de 40 000 manifestants), c’est la créativité de l’événement qui a marqué : nombreux panneaux de personnages aux messages poético-politiques, innombrables chansons et slogans conçus pour l’occasion. Surtout, il y a eutla construction collective, en autogestion, des maisons et abris en bois et pailles.

Le fonctionnement autogestionnaire mis en place par les Zadistes bouleverse la donne politique. Nous rencontrons de plus en plus de personnes, initialement méfiantes quant aux capacités autogestionnaires des humains, qui reconsidèrent leur point de vue. Elles s’enthousiasment même pour cette forme de vie collective, respectueuse de l’individualité, dans laquelle chacun participe selon ses moyens et envies.

De fait, les collectifs de soutien se sont multipliés dans toute la France, et même au-delà, chacun prenant des initiatives autonomes, sans attendre les consignes d’un centre quelconque. La ZAD, par son mode d’existence et sa résistance, a transfiguré les conditions de la lutte. Ceux qui se battaient isolés dans leur coin voient affluer, de partout, de nombreux soutiens.

Même au-delà des soutiens actifs, une bonne partie de la population qui ne suit que de loin ce qui se passe, sympathise avec cette lutte. En effet, la destruction de terres agricoles, de bocage


Communiqué de presse

La fédération SUD Collectivités Territoriales dénonce le projet pharaonique de l’aéroport de Notre Dame des Landes, et son inutilité économique et l’atteinte écologique qu’elle représente. Elle s’indigne face à la débauche de répression policière ordonnée par le Ministre de l’intérieur. La fédération SUD CT dénonce ce nouveau pas dans l’abandon des services publics au privé. Elle se déclare solidaire des populations locales et des zadistes en résistance engagés dans cette lutte sur le site. Elle se déclare en accord avec cette lutte contre l’objectif de mise en concurrence des territoires que de tels projets organisent.

Fédération Sud CT Contact : Philippe Damoiseau 06 28 35 86 55


Declaration de soutien aux opposants à NDDL

« Il est hors de question de laisser un kyste s’organiser ». Ces propos aussi violents que méprisants à l’égard des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne surprendraient pas dans la bouche des Sarkozy, Guéant, Hortefeux ou Le Pen. Mais c’est Manuel Valls ministre de l’intérieur socialiste qui en est l’auteur ! « Le changement maintenant », c’est où ? C’est quand ? Joignant la parole aux actes, une répression féroce s’est abattue ces derniers jours sur des manifestants non violents, des femmes des hommes et de tous âges, ont été matraqué(e)s, gazé(e)s et interpellé(e)s par des forces de l’ordre équipées comme pour combattre une guérilla ! Voici comment le gouvernement Hollande-Ayrault répond aux milliers de manifestants venus défiler contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, mais aussi contre la violence policière, contre les bétonnages inutiles et contre « la dictature de l’argent ». Le projet d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes est inutile, dispendieux et écologiquement catastrophique : Aujourd’hui, il n’y a aucun problème de sécurité à l’aéroport actuel de Nantes-Atlantique. L’argument de sa saturation ne tient pas non plus : ce qui sature un aéroport ce n’est pas le nombre de passagers mais le nombre de mouvements c’est-à-dire de décollages et d’atterrissages. Nantes Atlantique stagne à ce sujet depuis dix ans. De plus le contexte ne favorise pas la croissance du secteur aérien. Il y a aujourd’hui 14 aéroports commerciaux dans le grand Ouest et 147 en France. Le besoin de cette nouvelle construction n’est en rien avéré et aucune alternative ni optimisation de la plateforme existante n’ont été étudiées. Ce projet destructeur menace 2000 ha de terres agricoles bocagères d’une biodiversité exceptionnelle. Il est entériné après des procédures administratives incohérentes et une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) décrétée en février 2008 suite à une enquête publique qui présente de nombreuses zones floues. L’Etat, avec l’appui des élus locaux et régionaux (PS et UMP main dans la main sur ce dossier), a attribué la construction et la concession pour 55 ans de cet aéroport soit disant HQE au groupe Vinci. 360 millions d’euros minimum d’investissement public y seraient engloutis et tous les bénéfices reviendront à Vinci ! Dans le même temps, les budgets de l’Etat sont dramatiquement révisés à la baisse, aucune politique ne remet en cause le démantèlement des services publics et des acquis sociaux opérés par la droite. De surcroît les mesures austéritaires, inefficaces économiquement, injustes, et socialement dramatiques, sont imposées de manière arbitraire au plus grand nombre. Dans ce contexte, la gauche libérale - alliée à la droite – s’entête à gaspiller des milliards d’euros dans de grands projets inutiles. Nous dénonçons ce gouvernement qui se range du côté de Vinci, plutôt que du côté des habitants de la ZAD, des paysans, et de tous ceux qui sur place et partout en France s’opposent à ce projet. Nous appelons à organiser et à rejoindre des actions de protestation contre cette attitude autoritaire. Les comités Notre Dame des Landes qui ont fleuri partout en France sauront rappeler au gouvernement l’ampleur de la mobilisation contre ce projet. Ensemble nous vaincrons !

Premiers signataires : Gauche Anticapitaliste82, Gauche Unitaire82, Parti de Gauche82, membres du Front de Gauche / Mouvement des Objecteurs de Croissance82 / Nouveau Parti Anticapitaliste82 / Europe Ecologie Les Verts82 / Union Syndicale Solidaire82 / Collectif Faucheurs82 / ATTAC82/ Collectif82 Non aux Gaz de Schistes / Confédération Paysanne82

Documents joints