Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Camarades de lutte > Autres luttes contre l’aménagement capitaliste du territoire > Sommet du G7 à Biarritz - Appel à mobilisation !

Sommet du G7 à Biarritz - Appel à mobilisation !

samedi 1er décembre 2018

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

Pour les dernières infos : https://www.facebook.com/G7-NON-CEST-NON-341188540081017/

Appel à la mobilisation contre le G7 et son monde

Le G7 quésaco ? http://g7ez.eus/fr/appel/

Le G7 regroupe les 7 puissances économiques occidentales (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada). Il établit une hiérarchie entre les pays, qui distingue ceux qui sont puissants, idéologiquement bien alignés, et rejette ceux qui ne le sont pas. Dès le départ, le G7 est remis en cause pour son illégitimité. En soutenant le libre-échange, la déréglementation, l’austérité budgétaire, les pays du G7 ont contribué à ce que les inégalités sociales soient en croissance constante et à un niveau jamais atteint depuis près de cent ans.

Les sommets du G7 symbolisent la domination des principales puissances occidentales, ils servent à passer les compromis les plus favorables aux intérêts du capitalisme. C’est dans le cadre de ces compromis que se décident les politiques économiques et financières qui seront imposées aux peuples du monde.

Le prochain sommet aura aussi une spécificité : il se déroulera au Pays Basque sur un territoire où la résistance à l’exploitation capitaliste, à l’oppression impérialiste et hétéro patriarcale sont enracinées et vivaces ainsi que la solidarité et la volonté de construire un autre monde.

Le monde du G7

L’objectif des sommets du G7 a longtemps été de colmater au mieux les crises successives du capitalisme en imposant au monde le carcan néolibéral. Il s’agit aujourd’hui pour les participants de sauver le système des conséquences des politiques adoptées par eux-mêmes depuis plus de quarante ans. Pour autant l’efficacité à laquelle ils prétendent est mise à mal par l’instabilité internationale, les multiples crises enchevêtrées, la puissances des intérêts capitalistes et les mesures adoptées qui ne traitent jamais le mal à la racine. Ces sommets organisés à grands frais (500 millions de dollars en 2018) se réduisent à des opérations de communication.

L’état du monde symbolisé par le G7 est aujourd’hui profondément mortifère. Ses aspects néfastes sont évidents et incontestables :

dérèglement climatique, empoisonnement de l’environnement et réduction de la biodiversité, augmentation des inégalités entre les pays et les classes sociales au sein de chacun d’entre eux, guerres impérialistes, conflits attisés et pauvreté pour des millions de gens, migrations forcées et fermeture des pays riches, montée de l’autoritarisme, du fondamentalisme religieux et des idées racistes, augmentation de la violence de genre alimentée par les politiques néolibérales, dépossession des citoyen-ne-s, des peuples et des territoires par la toute-puissance des transnationales.

Une bonne partie de l’humanité est privée des droits élémentaires contenus dans la déclaration universelle des droits humains. Des peuples sont toujours niés ou violemment opprimés et leur droit à l’autodétermination, toujours refusé, y compris au cœur de l’Europe. Au sein même des pays du G7 les politiques d’austérité entraînent la dégradation des conditions de vie et de travail.

Nous sommes dans une situation de crise systémique multidimensionnelle : sociale, politique, environnementale, géopolitique… mettant en jeu les conditions de la vie sur terre.

Quelles seront les thématiques mises en avant en 2019 ?

Chaque année, dans un souci de répondre aux critiques sur son illégitimité, le G7 met en avant des thèmes d’actualité et invite des acteurs de la société civile à débattre. La réalité est que le G7 n’a jamais tenu ses engagements. Ses déclarations finales sont une liste de bonnes intentions jamais suivies de mesures concrètes ou contraignantes : aide au développement (en Écosse en 2005), paradis fiscaux (en 2013 en Irlande) ou sur les droits des réfugié-e-s (Italie 2017), les exemples abondent.

La réunion du G7 pour le territoire concerné

La réunion du G7 sur le territoire concerné implique enfin une importante limitation des libertés publiques de circulation ou de manifester. Elle impose un véritable état de siège et une occupation policière étouffante (on annonce la venue de 15.000 militaires et policiers).

Pourquoi devrions nous accepter tout cela sans réagir ?

L’utilité du G7, personne n’y croit plus. Le G7 personne n’en veut plus. C’est un gaspillage d’argent public et la meilleure solution est sa dissolution pure et simple.

Du Pays Basque aussi construire un autre monde

Nous nous mobiliserons à l’occasion du G7 d’août 2019 au Pays Basque parce que le monde qu’il incarne doit changer profondément et dès maintenant. Construire un autre monde est possible et urgent ; et depuis le Pays Basque nous devons également y prendre part. Ici aussi les mobilisations et projets en vue de changer de modèle se sont multipliées : pour freiner le changement climatique, en faveur de la liberté de circuler, pour la défense des intérêts des travailleurs/lleuses, contre les dominations de genre, pour la diversité culturelle et linguistique, contre la guerre et en faveur de la paix, divers projets auto-organisés.

C’est pourquoi, en même temps que nous refusons le G7, nous voulons renforcer nos luttes pour le changement social.

Nous nous mobiliserons pour défendre et construire d’autres modèles, ouvrir d’autres voies pour un monde où justice sociale, solidarité et égalité sont des exigences et des réalités concrètes. Un monde déjà à l’œuvre dans les luttes aux quatre coins de la planète pour :

la rupture avec la logique capitaliste basée sur l’exploitation ; la fin du patriarcat et de la division sexuée du travail ; l’action déterminée contre le dérèglement climatique et en faveur de modes de vie respectant et préservant les écosystèmes ; un monde basé sur la solidarité entre les peuples, l’anti-impérialisme et l’internationalisme ; des relations internationales démilitarisées ; le pouvoir de décider démocratiquement de toute l’organisation de la vie en commun ainsi que le droit à l’autodétermination pour tous les peuples ; la défense de la diversité culturelle et linguistique ; l’égalité réelle des populations soumises au racisme ; les mêmes droits pour tou-te-s les habitant-e-s de la planète.

Nous invitons toutes les entités en accord avec cet appel à rejoindre la plateforme. Nous appelons tous les personnes d’ici ou d’ailleurs qui partagent cette vision à se mobiliser pour rassembler le maximum de forces lors du G7 d’août 2019 à Biarritz. G7 EZ !

Plateforme Pays Basque non au G7, pour un autre monde


Sommet du G7 à Biarritz, du 25 au 27 aout 2019. Premier appel à mobilisation !

Sommet du G7 : le Pays Basque n’en fera pas les (chers) frais

La plateforme “G7 Ez / Non au G7” s’oppose à la tenue à Biarritz en août 2019 du prochain sommet international. Ce collectif défend des valeurs de justice sociale, solidaire et climatique aux antipodes de celles symbolisées par le G7. MEDIABASK|2018/11/28 17:05|0 iruzkin Eguneratua : 20:41 Guz_g7_kontra_plataforma_miarritze_imiquelestorena03 Des représentants de la plateforme ont tenu une conférence de presse ce mercredi à Biarritz, devant l’Hôtel du Palais. © Isabelle MIQUELESTORENA

L’utilité du G7, personne n’y croit plus. Le G7, personne n’en veut plus. C’est un gaspillage d’argent public et la meilleure solution est sa dissolution pure et simple”. Voilà ce que demandent les 34 organisations* associatives, syndicales et politiques regroupées au sein de la plateforme “G7 Ez / Non au G7”. Le sommet des sept plus grandes puissances économiques mondiales, qui se tiendra les 25, 26 et 27 août 2019 à Biarritz, porte selon ses détracteurs des valeurs “mortifères”, très loin des enjeux climatiques, sociaux et d’égalité qui s’imposent aujourd’hui et qui sont, pour ses opposants, la conséquence même des politiques appliquées par ces nations dominantes.

Or, ce prochain sommet ne se déroulera pas n’importe où, mais ici au Pays Basque, “sur un territoire où la résistance à l’exploitation capitaliste, à l’oppression impérialiste et hétéro patriarcale sont enracinées et vivaces, ainsi que la solidarité et la volonté de construire un autre monde”, met en avant la plateforme.

“Dérèglement climatique, empoisonnement de l’environnement et réduction de la biodiversité, augmentation des inégalités entre les pays et les classes sociales au sein de chacun d’entre eux, guerres impérialistes”, mais aussi “conflits, pauvreté, migrations forcées, montée de l’autoritarisme, du fondamentalisme religieux et des idées racistes...” À ce triste inventaire à la Prévert reflétant un monde en “crise systémique multidimensionnelle”, la plateforme “G7 Ez / Non au G7” répond par la mise en évidence de la multiplication de mobilisations locales en faveur d’un autre monde, “pour freiner le changement climatique, en faveur de la liberté de circuler, pour la défense des intérêts des travailleurs et travailleuses, contre les dominations de genre, pour la diversité culturelle et linguistique, contre la guerre et en faveur de la paix, divers projets auto-organisés”.

Le jeu des sept familles Entre la version “Les sept nations les plus puissantes” ou “Les sept luttes pour un autre monde”, la plateforme “G7 Ez / Non au G7” a fait son choix et milite pour : – la rupture avec la logique capitaliste basée sur l’exploitation, – la fin du patriarcat et de la division sexuée du travail, – l’action déterminée contre le dérèglement climatique et en faveur de modes de vie respectant et préservant les écosystèmes, – un monde basé sur la solidarité entre les peuples, l’anti-impérialisme et l’internationalisme ; des relations internationales démilitarisées, – le pouvoir de décider démocratiquement de toute l’organisation de la vie en commun ainsi que le droit à l’autodétermination pour tous les peuples, – la défense de la diversité culturelle et linguistique, – l’égalité réelle des populations soumises au racisme– ; les mêmes droits pour tous les habitants de la planète.

Le Pays Basque se mobilisera L’organisation du G7 au Pays Basque Nord aura un impact sur la vie quotidienne des concitoyens : “elle impliquera une importante limitation des libertés publiques de circulation ou de manifester, imposera un véritable état de siège et une occupation policière étouffante”, prévoient les opposants au G7, rappelant que la venue de 15 000 militaires et policiers est annoncée.

Le refus de la tenue du G7 s’accompagnera d’un renforcement des luttes pour le changement social, prévient la plateforme “G7 Ez / Non au G7”, “parce que le monde qu’il incarne doit changer profondément et dès maintenant”. Et non seulement cette transformation est urgente, mais elle est aussi possible, assure le collectif. Pour ce faire, elle invite “toutes les entités en accord avec cet appel à rejoindre la plateforme” et appelle “toutes les personnes d’ici ou d’ailleurs qui partagent cette vision à se mobiliser pour rassembler le maximum de forces lors du G7 d’août 2019 à Biarritz”.

* Les 34 organisations : Amankomunak, ELB, Aitzina, Askapena, ESK, Antikapitalistak (IV. Internazionaleko kidea), Association PAF ! Elkartea, (Pour une Alternative Féministe !), Etxalde, EELV Pays Basque, ATTAC Pays Basque, HIRU, EH Bai, Bake Ekintza Antimilitarista, LAB, EH Bildu, Bilgune Feminista, STEILAS, Ensemble Pays Basque, Eleak Libre, Union Syndicale Solidaires, Ernai, GENEPI Bayonne, Euskadiko Partidu Komunista, Ikasle Ekintza, Ezker Anitza, IpEH Antifaxista, Gazte Komunistak, Komite Internazionalistak, Indar Beltza, Ongi Etorri Errefuxiatuak, Les Insoumis-e-s, Zutik / collectif contre les violences sexistes, NPA Pays Basque, Sortu.


PDF - 53.4 ko
PDF - 26.7 ko
PDF - 71.8 ko

Documents joints