Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Espace presse > Communiqués de presse > Retailleau non grata sur la zad ?

Retailleau non grata sur la zad ?

jeudi 3 mars 2016

## Retailleau non grata sur la zad ?

Sur Europe 1 ce matin Bruno Retailleau s’empare d’un sondage d’opinion pour réaffirmer la nécessité de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il se plaint d’être « persona non grata » sur la zad et de ne pas avoir pu s’y rendre pour soutenir « une dame qui avait lancé une pétition contre l’occupation des zadistes ». Puisque Retailleau continue à faire de l’esbrouffe dans les médias, il nous semblait nécessaire de rappeler quelques vérités :

Les sondages sont parties prenantes de l’opération de leurre démocratique lancée par le gouvernement avec son projet de « consultation ». Ils ne reflètent pour nous que la fabrication froide et abstraite de l’"opinion publique", dont on sait bien qu’elle est sujette à toutes les manipulations.

La réalité ce sont les 60 000 personnes qui se sont déplacées samedi 27 février pour manifester contre l’aéroport et pour l’avenir de la zad. Les pro-aéroport n’ont jamais été capable de faire la moindre manifestation publique pour le projet parce qu’ils savent bien qu’ils se ridiculiseraient. En guise de mobilisation populaire, ils n’ont réussi jusqu’à présent qu’à faire venir quelques employés du btp pour défiler à Nantes en les payant un jour de travail. Alors que l’on nous parle de « consultation » démocratique , rappelons que ce projet d’aéroport est défendu avant tout par la classe politique et les lobbys patronaux qui ont tous les moyens de diffuser leurs chiffres truqués ou de cacher les analyses qu’ils ont commandité quand elles ne vont pas dans leur sens.

Par ailleurs, comment pourrait on avoir envie de voir M. Retailleau venir se balader tranquillement sur la zad alors qu’il mène campagne depuis des mois contre les habitants de la zone à base de mensonges et de diffamation de la pire espèce ? Rappellons que M. Retailleau sans peur du grotesque tente tant bien que mal de faire admettre à ll"opinion publique" que la zad serait un repaire d’ultraviolents qui terrorise la région. Il n’a pas hésité en ce sens à utiliser des dizaines de milliers d’euros d’argent public pour acheter des encarts publicitaires demandant l’évacuation de la zad.

Enfin Mme Lamisse, « la dame » qu’il souhaitait soutenir sur place, n’est en réalité pas une riveraine, mais une mythomane qui a été capable de signer 4 fois de suite une pétition anti-zadiste, comme le piratage du site du Conseil régional l’a révélé. Ce piratage a révélé aussi que plus de 40% des signatures revendiquées par Retailleau étaient fausses.

Si il s’agit d’avoir des avis de riverains bien réels, rappelons ici l’opinion portée par une soixantaines de nos voisins lors d’un point presse la semaine dernière :

DES VOISINS DE LA ZAD S’EXPRIMENT

NOUS, RESIDENTS, VOISINS DE LA ZAD

Sommes outrés par la propagande quasi quotidienne des « va-t’en guerre » qui se permettent en plus de parler en notre nom : « les habitants excédés » disent-ils.

Cela suffit ! Nous ne voulons plus être spectateurs des mises en scène anti-ZAD de Mr Retailleau et du couple Lamisse qui d’ailleurs n’habite plus là depuis des années, ni des mensonges grossiers de Mr Valls et consorts sur les soi-disant activistes ultra violents qui rackettent volent et détruisent.

Nous ne bénéficions pas des 60 000 euros d’encart publicitaire payé par le conseil régional mais nous pouvons néanmoins témoigner de notre réalité d’habitants. Déambulations champêtres ponctuées de rencontres enrichissantes, petit café offert ou simple bonjour, on se sent chez nous et en sécurité sur la ZAD.

Pour beaucoup d’entre nous c’est l’occasion de redécouvrir notre bocage et sa richesse, de renouer avec un territoire et ses habitants.

La ZAD ce n’est pas une forteresse isolée mais au contraire un lieu foisonnant où se construisent des projets de vie basés sur l’échange solidaire et les valeurs humanistes. En ce sens, pour nous, la ZAD fait partie de la dynamique et de la vie de nos communes.

A ce titre nous sommes heureux d’accéder aux productions faites sur place : pain, légumes, fromages, lait ; d’accéder aux projets culturels qui y germent, aux rencontres où l’on réfléchit sur l’avenir de notre territoire avec ceux qui y vivent et qui luttent pour le préserver.

Pour nous il est urgent de dénoncer les stigmatisations orchestrées par ceux qui veulent nous diviser et décrédibiliser notre lutte.

Sachez que nous « des habitants indignés » nous serons aux côtés de tous ceux que l’on veut expulser de la ZAD.

C’est pourquoi le 27 février nous serons présents dans la mobilisation contre l’aéroport et contre toutes les expulsions.