Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Espace presse > Communiqués de presse > communiqué du 24/01 - Trois habitants de la zad incarcérés et une nouvelle (...)

communiqué du 24/01 - Trois habitants de la zad incarcérés et une nouvelle attaque d’ampleur contre l’avenir qui s’est construit dans le bocage

vendredi 25 janvier 2019

Le 22 janvier, à 6h du matin, la zad a été réveillée par un dispositif policier digne d’une opération d’expulsion pour arrêter trois personnes, puis deux autres à l’extérieur de la zad. Nous avons assisté à une mise en scène spectaculaire avec des perquisitions simultanées, des dizaines de fourgons. Après avoir enduré 48h de garde à vue, les personnes arrêtées mardi sur la zad ont été déferrées ce jeudi matin et une instruction ouverte. Nous savons maintenant que le procureur, suivi par le juge d’instruction ont obtenu la mise en détention préventive pour 4 mois renouvelables de 3 des habitant.e.s de la zad arrêtées sur cinq. Chacun d’entre eux pouvaient pourtant justifier de domicile fixe et d’emplois stables. L’incarcération revient à les éloigner ainsi durablement de leurs ami.e.s, de leurs enfants, de leurs activités, fermes et troupeaux. Pour un certain nombre d’entre eux, un maintien en détention aura pour conséquence de les empêcher de finir leur parcours d’installation et de signer des baux, au moment même où ces démarches aboutissaient.

Le timing de ce qui apparaît d’ores et déjà comme une machination judiciaire d’ampleur est loin d’être anodin. Un an après l’abandon et alors que les activités menées par les habitants s’enracinent, le moment est sans doute jugé opportun par certains pour salir une nouvelle fois la vie sur la zad et donner au bocage une image la plus anxiogène possible. Après les expulsions du printemps, en est-on à une nouvelle étape de la vengeance d’Etat ? Après les fantasmes déjà distillés dans la presse par la gendarmerie sur les fausses « caches d’armes » ou les «  tunnels viet-congs », on nous sort du chapeau un nouvel épouvantail à base de « bande organisée » et de supposés « règlement de compte ». Pour ce que l’on en sait aujourd’hui, le dossier est en train de monter en épingle des faits sur la base de sources fortement questionnables. Ce ne serai pas la première fois que des enquêteurs s’appuient sur des affabulations et brandissent initialement l’ « association de malfaiteurs » pour criminaliser un mouvement.

Ce que nous savons pour notre part, c’est que les personnes arrêtées ont été engagées de longue date dans le mouvement anti-aéroport, sont impliquées dans les diverses activités, liens de voisinages et de solidarité locale, et vivent ici depuis plusieurs années ! Nous appelons dès aujourd’hui à ne pas tomber dans le panneau de la diabolisation policière et à les soutenir. Des recours juridiques et mobilisations publiques auront lieu dans les prochains jours contre leur maintien en détention.

voir le COMMUNIQUE NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE du 24/01

voir le communiqué de paysans et paysannes, parrains, marraines et soutiens des porteurs de projets agricoles