Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Textes > Invitation à constituer un réseau de ravitaillement des luttes dans le pays (...)

Invitation à constituer un réseau de ravitaillement des luttes dans le pays Nantais

mercredi 28 juin 2017

"Sur les quartiers, fréquemment aussi, il y a des ventes directes de légumes organisées par les paysans-travailleurs et des ménagères. Les ventes directes ont commencé en 68, puis, à chaque grève ouvrière à Nantes, aux Batignolles, Ugico, Saulnier-Duval. Et tous les ans, lorsque la grève dure plus de huit jours, les paysans viennent vendre leurs produits.(...) Le but est de faciliter les contacts vivants entre ouvriers et paysans, et même de commencer à remettre en question la division sociale "villes/campagnes". Des groupes de chômeurs, d’immigrés ayant de vrais besoins de subsistance installent des petits stocks-magasins dans des caves de HLM "Le petit marché de la rue du Drac".

Extrait de la revue Camarades, entretien avec un autonome nantais, 1976

La longue histoire des luttes et des solidarités dans le pays nantais se prolonge aujourd’hui sur de multiples fronts (loi travail, migrants, etc.). Nous habitons le bocage mais nous voulons continuer à contribuer de mille et une façons aux luttes qui se mènent en ville, et nous savons que nous ne sommes pas les seul-e-s.

Une façon parmi d’autres d’alimenter ces luttes, c’est justement de les nourrir, avec une partie des productions qui viennent des campagnes proches. Manger ensemble, ou mettre en partage de la nourriture en dehors des logiques marchandes.

Depuis la zad, nous tentons d’ors-et-déjà des dynamiques dans ce sens en ravitaillant d’autres luttes avec ce que nous auto-produisons ; que ce soit de manière régulière (squat de migrant-e-s à Nantes, cantines...) ou ponctuelle (piquets de grève, place ou amphi occupé...). Nous savons que beaucoup de paysan-nes le font de manière informelle. L’idée c’est de relier et d’étoffer ces gestes de ravitaillement.

Parce que ces gestes de solidarité sont précieux et aident à tenir ; parce que nous voulons renforcer la circulation et les liens entre les mondes en lutte ; parce qu’il est urgent de s’essayer à d’autres formes de distribution des denrées alimentaires que celles dictés par l’économie capitaliste ; nous vous adressons cette invitation à constituer ensemble un réseau de ravitaillement des luttes dans le pays nantais.

L’idée est d’organiser un réseau qui relie les multiples initiatives ponctuelles des un-e-s et des autres pour ravitailler de manière plus conséquente les luttes urbaines. Concrètement, nous recherchons des paysan-ne-s prêts à participer à ce réseau en fournissant des produits alimentaires issus de leurs fermes, qu’il s’agisse d’invendus, de dons ou de produits vendus à prix coûtant ou solidaire.

Le projet c’est d’établir dans un premier temps une liste de producteurs solidaires. On imagine à partir de là être en capacité de prévenir tout le monde lorsqu’il y a une occasion d’activer ponctuellement le réseau (mouvement social, grève, occupation...) et d’organiser des tournées pour récupérer et acheminer les denrées à bon port.

Pour celles et ceux qui seraient intéressés par du ravitaillement régulier, le réseau pourrait aussi fournir des produits supplémentaires pour renforcer les tournées déjà existantes qui contribuent à alimenter les squats de migrant-e-s à Nantes.

Pour discuter de tout cela, nous vous proposons de se retrouver le vendredi 30 juin à 20h a la ferme de Bellevue.

Pour nous contacter : reseauravitaillementluttes@riseup.net et bientôt un numéro de téléphone…