Zone A Défendre
Tritons crété-e-s contre béton armé

Accueil > Nouvelles du front > Appels > ManiFestiZAD Rappel pratique et Politique

ManiFestiZAD Rappel pratique et Politique

vendredi 4 janvier 2013, par zadist

Contact Presse FestiZad : 06 43 28 23 90

Manifestation a Notre-Dame-Des-Landes ce soir a partir de 18h et en direction de la ManiFestiZAD. Tout les vehicules transportant du materiel et etant bloques a l’exterieur sont invites a se rendre sur place pour pouvoir acceder a la zone. Ne cedons pas face a la repression et encore moins face aux mensonges de la prefecture !

Rappel Pratique et Politique

Cette manifestive se déroule dans un cadre de lutte contre l’aéroport et son monde. Les personnes vivants sur place sont sous pression militaire depuis 80 jours. Elles ne sont pas là pour s’occuper des manifestants. En ce sens le Manifestizad est pris en charge en grande partie par des soutiens extérieurs. Nous appelons à ce que chacun soit autonome lors de son passage (gérer ses poubelles, sa bouffe, ses vêtements et bottes, etc...).
Un espace bénévole sera à votre disposition à l’entrée du site même du Manifestizad pour coordonner toutes les bonnes volontés.

De plus, ici plusieurs centaines de personnes vivent dans une certaine promiscuité depuis les destructions et réoccupations ; il n’est pas évident pour tout-e-s de voir défiler devant leurs lieux de vie des milliers de personnes, il est donc attendu la plus grande bienveillance de la part des manifestants. Si votre de but est de "visiter" la ZAD, le Manifestizad n’en est pas le bon moment. Merci de respecter ces espaces de vie.

D’un point de vue plus politique, tous ces concerts et cette affluence peuvent être perçus comme un évênement consummériste. L’organisation se fait de manière autogérée pour chacune de ses infrastructures et au contraire des festivals habituels, ici c’est bien vous qui allez le faire vivre. C’est à vous prendre soin les uns les autres, de partager vos ressources et de prévenir tout incident. Que personne n’oublie que quelques soient les évênements se déroulants sur la ZAD, nous sommes toujours attendus au tournant et que le moindre accident fera les choux gras de nos ennemis.

En outre, ce n’est pas un festival d’été, c’est une manifestive d’hiver dans une zone humide et froide. Nous ne pouvons faire dormir tout le monde dans des lieux chauds et secs, venez couverts et organisés : il est indispensable de prendre bottes, vêtements de pluie et de rechanges, sacs de couchage, ...

Bonne manif’ à tout-e-s, Que notre révolte soit fête !

Enrayer la machine répressive

Ce serait chouette de ne pas faciliter le travail des flics en leur présentant vos papiers d’identité. Avoir ces papiers d’identités n’est pas obligatoire (sauf quand on conduit). et sauf si les flics vous montrent l’arrêté le permettant.

Le risque, c’est de se faire embarquer au poste pour un contrôle d’identité qui peut durer jusqu’à quatre heures. Mais si tout le monde refuse, c’est impossible pour eux de contrôler tout le monde.

Il y a des gens qui ne peuvent pas se permettre de montrer leur papiers aux flics, soit parce qu’illes n’en ont pas, soit parce qu’illes sont recherché.e.s, soit parce qu’illes sont interdit.e.s de territoire (c’est le cas de plusieurs opposant.e.s qui ont eu des procès ou qui sont en attente d’en avoir).

Depuis longtemps il y a des personnes sur la Zad qui portent la pratique de refuser les contôles. Souvent, les flics n’ont pas les moyens de les arrêter et les relâchent immédiatement. D’autres fois elles se font arrêter pour quatre heures.

Si plus de monde s’y mets, les flics seront vite débordés, et si au pire, des gens sont embarqués, ça ne tombera pas toujours sur les mêmes.

Vous avez plusieurs possibilités :
- Ne pas montrer vos papiers, mais déclarer votre vraie identité. Ca permet déjà de compliquer le travail des flics et de faciliter aux autres la possibilité de donner un faux nom. N’hésitez pas à raler et à leur faire sentir que vous n’appreciez pas d’être controlé.e.s
- Donner un faux nom, un faux prénom et une fausse date et lieu de naissance. Pensez à l’avance au nom que vous allez donner et assurer vous de pouvoir donner deux fois la même date et lieu de naissance.
- Refuser de vous prêter au controle.

Les flics vont vous menacer de ne pas vous laisser passer ou de vous embarquer au poste. Bien souvent, il ne s’agit que de menace. Restez fermes sur votre position.

Si jamais vous vous retrouviez au poste pour un controle d’identité.
- Refuser de répondre aux questions des flics. Vous pouvez leur dire "je n’ai rien à déclarer" ou "je ne souhaite pas répondre à votre question". N’essayez pas d’esquiver les questions ou de prétendre que vous ne connaissez pas la réponse, vous vous fatiguerez inutilement et vous prenez le risque de faire des gaffes. Les flics vous retienne contre votre gré, vous n’avez aucune raison de faire preuve de bonne volonté.
- Refuser les photos, les prises d’empruntes et les prélèvement ADN. Ce serait dommage de refuser un controle et de donner son ADN.

Ne croyez pas trop les menaces que les flics pourront vous faire, pour vous faire craquer. Il n’y a vraiment pas beaucoup de chance pour qu’il vous gardent plus de quatre heures, même s’il y a plus de risque si vous n’êtes pas blanc et si vous parlez mal le français.

A n’importe quel moment vous pouvez changer d’avis et déclarer votre (vraie) identité. A votre sortie prévenez la Légal Team au 06 75 30 95 45.

Ca arrive souvent que des gens refusent de donner leur identité, refusent de donner leurs empreintes et de se faire prendre en photo et que les flics les relachent au bout de quatre heures sans savoir qui elles sont. C’est une belle victoire, ne vous en privez pas.

Il y a déjà eu quelques personnes qui se sont faites condamnées pour avoir donner une fausse identité, mais le plus souvent dans des cas où les gens avaient commis des délits.

Bon courage face à l’occupation militaire de la Zad et quant au mode de résistance que vous trouverez approprié.